La PEEP appelle à un bilan lucide de la réforme

La PEEP appelle à un bilan lucide de la réforme

Que la réforme des rythmes scolaires soit une réforme coûteuse, bâclée et inutile, n'est malheureusement pas une surprise, nous avons été dans les tous premiers dès 2012 à en dénoncer les incohérences. Mais il est temps maintenant de faire un vrai bilan et de tirer les conséquences de cet échec. C'est le sens de la demande de la PEEP lors du CSE du 26/03/2016 reproduite ci-après.


« On marche sur la tête ! », c’est ainsi que nous pourrions résumer la situation…

De cette grande ambition de réformer profondément l’école primaire, lieu où les apprentissages fondamentaux se font, nous sommes maladroitement parvenus à créer un grand fourre-tout pseudo éducatif.

Le temps contraint de la mise en œuvre de la réforme n’a pas permis aux équipes pédagogiques, aux parents et aux responsables des collectivités territoriales de poser les fondements d’une réflexion sur l’aménagement du temps scolaire.

Les emplois du temps ont changé, certes, mais où est l’avancée ? Il s’agit bien toujours des rythmes scolaires, pas de ceux de l’élève ! Les après-midi désormais raccourcis sont difficilement exploitables. Les enfants enchaînent activité sur activité, intervenant après intervenant, sans lien ni cohérence.

L’école maternelle, elle, est en panne sur ces nouveaux aménagements qui – nous l’affirmons depuis le début de cette entreprise de réforme – sont inadaptés aux jeunes enfants. Nous avons demandé maintes fois, et demandons toujours, le retrait du cycle 1 de l’application de cette réforme.
S’il est vrai que des millions d’enfants bénéficient d’activités périscolaires, qu’ils font de la Capoeira et du théâtre...Tout le monde en conviendra, l’objectif n’était pas là !

La PEEP appelle à un bilan lucide de cette réforme.

Il est temps, selon nous, de revenir sur certaines décisions unilatérales et d’octroyer davantage de flexibilité à un cadre horaire qui n’a rien apporté de plus, pour laisser les équipes pédagogiques, et plus largement éducatives, mettre en place ensemble de vrais projets, menés dans une continuité éducative, qui fassent sens pour les élèves et favorisent véritablement leur réussite.

Consciente qu’il est nécessaire d’aller plus loin, la PEEP a néanmoins voté « pour » la pérennisation des assouplissements et des expérimentations permis par le décret Hamon, lors de la dernière réunion du Conseil supérieur de l’Education (CSE).

La PEEP réitère sa demande d’un aménagement de la réforme en réelle adéquation avec les possibilités des communes et les intérêts des élèves.

Nous ne pouvons en rester là, il s’agit de l’avenir de nos enfants.